Derek Sivers, gourou inclassable des années 2000, explique pourquoi il vaut mieux être évident et pourquoi la perception que nos idées ne sont pas bonnes parce qu’elles sont évidentes nous limite. Ça rejoint bien évidemment le principe de Keith Johnstone qui invite à être évidents: “Be obvious!” (”Soyez évidents !”)

Pourquoi ? D’une part, l’évidence de chacun peut être vue comme brillante pour un autre individu. C’est ce qu’affirme Sivers. D’autre part, il y a quelque chose d’universel dans l’évidence, qui est souvent reconnue comme telle une fois seulement qu’elle est prononcée : on apprécie une idée parce qu’elle est évidente à l’instant t, on se rend compte qu’on n’a pas été capable de la formuler nous-même jusqu’à l’instant t-1 et on trouve de fait génial celui ou celle qui réussit à le faire.

Bref: celui qui est évident sur scène sera plus facilement apprécié du public, avec un minimum d’effort sur le moment: et oui, il n’a qu’à “être évident” ! Par contre, celui qui cherche à être original aura tendance à se censurer et à se crisper pour trouver de “bonnes” idées.

Par pitié, ne cherchez pas à être originaux. Un improvisateur m’a par exemple récemment affirmé qu’il faut “toujours emporter le public vers ce qu’il n’attend pas (il se déplace et souvent il paye pour nous voir jouer), le surprendre… Qu’est-ce qui fait que cette histoire mérite d’être jouée devant un public ? Elle est originale, spontanée et surprenante, et oui, cela passe souvent par le conflit.” C’est une conception assez partagée parmi les improvisateurs que je connais. Et malheureusement, à force de vouloir être original, cela génère souvent des improvisateurs tendus sur scène et des improvisations sans queue ni tête, voire agressives car cette vision introduit une forme de compétition pour les “bonnes idées”.

Soyez évidents! Et bien entendu, ça se travaille;-)

Source: improviser.fr Etre évident

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *